top of page

PRESSE

À PROPOS DU DUO FrICTIONs 

SERGE TACHON, MONT-DE-MARSAN
Sur scène, ils sont deux. Sarah Laulan, artiste lyrique et Rémy Poulakis, au chant et aux claviers (accordéon et mini-piano), ont inventé un tour de chant où les héros de notre enfance se livrent comme jamais : le Petit Poucet, trop gourmand, a mangé les miettes au lieu de les semer, et le grand méchant loup n'arrive pas à tirer la chevillette, trop rouillée ! Le tout donne un ensemble très enlevé, le spectateur ne sait pas trop si on est au cabaret ou à l'opéra, tant la performance lyrique et musicale se place dans le haut de gamme.
 

Moises Ordonez Alarcon pour OLYRIX
L’Opéra Grand Avignon présente un spectacle destiné aux petits (et aux grands) avec le duo FrICTIONs, réunissant la contralto Sarah Laulan et le ténor-accordéoniste Rémy Poulakis, dans une suite débridée de chants autour de contes de fées, intitulé “Contes Défaits”, au Théâtre de L’Autre Scène à Vedène.

Le spectacle est une suite de chansons originales et actuelles, avec des textes de Sarah Laulan mis en musique par Rémy Poulakis, sur des influences de jazz, musiques du monde, chanson réaliste, bal populaire, mais aussi de l’opéra. Tout au long du spectacle, les artistes emportent les enfants, émerveillés et captivés, dans un voyage empli de couleurs, de musique et de rêves. La scénographie de l’atelier Kikapami est simple, mais très colorée. Elle consiste en une table à secrets (avec les pattes d’un monstre qui dépassent), derrière laquelle les chanteurs restent pendant tout le spectacle. Ils dévoilent tout un lot de surprises et de petits détails comme s’il s’agissait d’un livre POP-UP, au fur et à mesure que le spectacle avance. Ils font ainsi voyager dans la forêt du Petit Chaperon Rouge, sur l'île du Capitaine Crochet et même sous la montagne d’or où dort un petit dragon (qui fait sûrement allusion à Smaug, du Hobbit). Les spectateurs rencontrent ainsi Baba Yaga, Hänsel et Gretel, Cendrillon, la petite araignée jolie, le joueur de flûte de Hamelin, parmi d’autres personnages féeriques. Le travail des deux artistes est pleinement valorisé par Gilles Gaudet aux lumières et Camille Audergon au son, qui contribuent énormément à créer la magie et cette ambiance onirique qui éblouit les bambins.

 

La contralto Sarah Laulan mène le spectacle, introduisant chaque conte, l’accordéoniste Rémy Poulakis lui donnant la réplique (tous les deux avec un micro). Sans même avoir besoin de se déplacer, ils dégagent ensemble par leur expressivité vocale et théâtrale une énergie qui fascine la jeune assistance, mais aussi les adultes visiblement aussi bien captivés par leur charisme. Le répertoire mélangeant plusieurs styles de musique, la chanteuse n’emploie sa voix lyrique que pour quelques petits passages où sa technique vocale se fait ronde et veloutée, avec des graves soutenus particulièrement plaisants. Le ténor et accordéoniste fait montre aussi de sa voix chantée, mettant en évidence un joli timbre clair, avec un vibrato libre et naturel, les aigus piano restant bien timbrés. Les voix, comme le jeu, vont ainsi fort bien ensemble.

 

Après avoir entendu chanter une princesse qui ne veut pas se marier, un prince qui refuse de prendre des responsabilités, une sorcière solitaire qui s’ennuie et un pirate qui sent le moisi, le public entier salue longuement les artistes (qui se prêtent ensuite au jeu de la rencontre avec les enfants pour leur faire découvrir les secrets de leur table magique).


NICOLAS CEGLEGUENE POUR NOS ENCHANTEURS

C'est un peu comme di Kate Bush, Queen, Jacques Higelin Brigitte Fontaine, Bratsch et M organisaient un boeuf tous ensemble au bal des sorcières ! (...) Une ambiance mystérieuse certes, fantastique forcément, mais toute en finesse et en drôlerie..

ENFANCE ET CULTURE

Deux formidables chanteurs lyriques nous transportent dans un monde de contes merveilleux revisités, dans une ambiance totalement cocasse. 
Chansons qui mêlent les personnages, mais aussi les styles musicaux, allant des musiques ethniques, le jazz, l’opéra et encore d’autres. Le tout avec une maîtrise époustouflante de leur art. 
Nous retrouverons, dans des situations abracadabrantesques, des personnages comme Hansel et Gretel, Baba Yaga, le Joueur de flûte d’Hamelin, Cendrillon… 
Ils sont accompagnés par un accordéon virtuose, pourvu d’une très belle sonorité. 
Les illustrations de Anaïs Durien laissent bien voir cette ambiance loufoque et décalée. 
Un vrai bonheur !


LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE août 2020

Pendant plus d'une heure le duo a enchanté le public de leurs voix extraordinaires, aidé par l'acoustique du lieu, emmenant l'assistance de Grenade à Buenos Aires, à la rencontre de Villa-Lobos ou Piazzolla, du tango des années 30 jusqu'à New-York. 
 

MARYVONNE COLOMBANI pour Zibeline, août 2021

C’est donc au « rythme d’un même pulso » que les duettistes nous racontaient les histoires des chants interprétées, donnaient des détails à propos des vies des compositeurs, et, complices, apportaient leur vision espiègle et complice d’univers parfaitement maîtrisés. (….) L’accordéon s’emporte, les voix « scatent », les couleurs de l’Amérique latine se brossent là, dans la vivacité des compositions, la virtuosité des improvisations, la beauté des textes. (…) Longue vie à ces moments précieux !

Une interview de RadioLà au festival Eclats de Dieulefit, été 2020

À PROPOS DE SARAH LAULAN


LIBÉRATION
Sur le plateau presque nu, elle inaugure les voix féminines : belle entrée, voix posée, diction parfaite…

 

WUNDERKAMMER

S’il fallait résumer d’un mot la prestation de Sarah Laulan, c’est assurément celui de fièvre qui s’imposerait.

 

LA LIBRE
Sarah est un genre en soi : voix personnelle et corsée, à vrai dire inclassable, audace insolente et don de scène tellurique. Chacune de ses prestations fait événement

 

À PROPOS DE RÉMY POULAKIS

TÉLÉRAMA
le résultat est inclassable : ni jazz ni traditionnel, mais profondément lyrique et d'une grande élégance dans le son

 

JAZZ NEWS

Virtuose dans le déchaînement de l'accordéon, Casa nostra est un appel au recueillement. De l'incursion dans l'opéra (avec une reprise de Pavarotti) au chant scaté, l'interprétation semble guidée plus par un règne puissant des émotions que par un esprit de chapelle.

 

CITIZENJAZZ

Rémy Poulakis peut être des plus volubiles sur scène, où ses envolées lyriques de ténor parviennent à entraîner dans la danse le plus récalcitrant des spectateurs. Ici, le ténor deviendrait presque crooner, la voix change de registre et se fait feutrée, profonde, tendre. La séduction opère, différemment et pour longtemps. 

bottom of page